PROJET Alfabétisation

Description

PROJET 1 : ALPHABETISATION TRILINGUE WOLOF, PULAAR ET FRANÇAIS Responsables : Daouda Ndiaye (France) et Lamine Sagna (USA) Echéance fin 2007

Imaginez–vous un programme d’alphabétisation où un analphabète arrive à lire et à écrire après 4 à 5 mois de formation c’est la pédagogie Gatettegno Avant de voir en quoi consiste le projet Gattegno, justifions pourquoi un nouveau projet d’alphabétisation.

I – Justificatif Pourquoi un projet d’alphabétisation en langues nationales et en francais ? Que ce soit en matière de santé ou pour le développement des activités économiques, la maîtrise orale et écrite des langues de travail, sont nécessaires.

En faisant une analyse rapide de l’éducation nationale du Sénégal, on est frappé par la détérioration troublante du système d’enseignement éducatif du Sénégal. On peut certes discuter de la validité et de la légitimité de notre analyse, mais il nous semble plus qu’urgent que la société civile Sénégalaise apporte une sérieuse contribution à la revitalisation, au développement du système éducatif.

A l’évidence, le fait même que nous posions notre contribution au système éducatif en termes d’alphabétisation montre qu’il s’agit pour nous une facon de partager notre vision du monde : mettre à la disposition des sénégalais les ressources sénégalaises.

En effet, l’ éducation rapproche des porteurs d’humanisme. L’éducation permet de lutter contre les crispations et les replis identitaires. La question est de savoir comment notre projet pourra parvenir à prendre en charge les valeurs de liberté, de fraternité et de travail ?

Qu’en sera – t – il à long terme de notre projet d’alphabétisation ? Quels sont les secteurs d’activités qui en tireront profit ?

Répondre à ces questions c’est pouvoir s’interroger sur le devenir des institutions traditionnelles d’intégration comme l’école, la famille à l’heure de la globalisation. Refuser de réfléchir à ces questions revient aussi à ne pas se donner les moyens de méditer sur l’avenir du développement.

S’attaquer sérieusement aux problèmes de l’éducation, c’est d’abord échanger des informations avec d’autres Sénégalais, et permettre des comportements citoyens. L’alphabétisation des masses sénégalaises, permettrait à la nation de se donner de nouveaux espoirs de confiance et d’éthique qui contribueraient indubitablement au rayonnement du Sénégal.

Cette démarche serait l’occasion également de la mise en place d’un socle commun de repères indispensables à la cohésion harmonieuse entre les populations.

Enfin, un tel projet permettrait aux uns et aux autres de bénéficier de différentes grilles d’analyse des variables socioculturelles et économiques du Sénégal profond et informel. Donc, en partenariat avec de grands spécialistes de l’éducation, Claudie Gatettegno – JeanJacques Dutrait, Re-Source / Sununet envisage d’effectuer un programme d’envergure d’alphabétisation des populations sénégalaises.

II – En quoi consiste la pédagogie Gattegno?

a) Quelle approche pédagogique ? A partir de l’approche pédagogique du Docteur Caleb GATTEGNO, dénommée LE SILENT WAY, Claudie Gatettegno et Jean-Jacques Dutrait Pour ce qui nous concerne, depuis vingt ans, ont alphabétisé plus de 700 personnes en majorité africaines (Afrique du nord et Afrique sub-saharienne) et ont formé environ 400 personnes (formateurs, professeurs de langue, parents et toutes personnes intéressées par les problèmes d’apprentissage de la langue orale, de la lecture et de l’écriture (voir références en annexe 1).

Certains membres de ReSource / Sununet, chercheurs, spécialistes de l’éducation, anthropologues et sociologues ont pu vérifier d’eux-mêmes l’efficacité de cette pédagogie. Ils ont non seulement relever l’efficacité pédagogique de ces formations mais aussi, ils ont pu voir le plaisir et l’énergie qu’ont les stagiaires fréquentant ces classes. Nous savons qu’en matière d’apprentissage, le plaisir et la confiance en soi produisent toujours des résultats durables. Par ailleurs, Re-Source / Sununet a pu vérifier l’efficacité de cette approche auprès d’institutions, de formateurs et d’anciens élèves en France et dans plusieurs autres pays européens auprès des publics analphabètes ou faiblement scolarisés dans leur langue maternelle, tant sur l’apprentissage de la langue orale que sur l’apprentissage de la lecture et de l’écriture du français. (Voir références en Annexe1).

b) Qu’est ce que le SILENT WAY et la Lecture en Couleurs ? Cette approche est basée sur l’intelligence de chaque individu et sur LA SUBORDINATION DE L’ENSEIGNEMENT A L’APPRENTISSAGE. Elle a été créée entre 1954 et 1963 par le Dr Caleb Gattegno.

Le SILENT WAYest l’aboutissement pédagogique de l’ensemble des recherches et du travail du Dr Gattegno. C’est une attitude de l’enseignant vis-à-vis de l’enseigné issue des recherches fondamentales de Gattegno pour comprendre les processus d’apprentissage de toute personne (enfant ou adulte) qui apprend.

Cette attitude peut être adoptée pour enseigner n’importe quelle matière puisqu’elle est indépendante du contenu de l’enseignement. Elle peut être utilisée pour l’apprentissage des langues étrangères, de la lecture, des mathématiques, de la géométrie pour lesquels Gattegno a mis au point des matériels spécifiques, mais aussi pour le dessin, la danse, l’histoire, l’informatique, l’architecture, etc. Cette attitude est caractérisée par le « silence » du professeur qui n’est pas le moins étonnant de cette approche.

Le professeur qui adopte cette attitude ne donne, bien sûr, jamais la réponse à une question car il sait que, la plupart du temps, cela passera largement au-dessus des oreilles de ses élèves ou, au mieux, cela restera un certain temps puis se dissipera rapidement. Par conséquent, il doit chercher à chaque instant comment présenter tel problème à traiter sans rien laisser au hasard afin qu’aucune ambiguïté ne puisse subsister au niveau de chaque élève. Son rôle sera de permettre à chacun de ses élèves de se mettre mentalement en mouvement pour que chacun réalise la tâche demandée avec le maximum de profit.

L’élève, qu’il soit enfant ou adulte, arrive ainsi à se libérer de ses propres inhibitions donc à prendre confiance en lui et à être à terme en pleine possession de ses moyens. Il acquiert le droit de chercher, donc de se tromper et d’acquérir la capacité à se corriger pour obtenir les résultats escomptés.

L’élève apprend à chercher au plus profond de lui-même comment activer ses capacités mentales. Il apprend à être présent, à écouter, à classer, à faire des liens entre toutes choses, à réserver pour pouvoir réutiliser si nécessaire. Il devient donc responsable et maître de son propre apprentissage, il est capable de traiter pour son propre compte les défis qui se présentent dans la classe. C’est la raison pour laquelle un apprentissage quel qu’il soit, fait de cette manière reste durablement dans la tête des élèves. Plus la capacité du professeur à être « silencieux » est grande, plus il aura du temps libre pour être au contact de ses élèves, les observer, les suivre, les mener, les guider.

Si par hasard, il lui arrive de « perdre » ses élèves (du fait d’une situation ambiguë due à une mauvaise présentation par exemple), il en est aussitôt informé par la classe elle-même qui plonge immédiatement dans un silence éloquent … A partir de cette approche pédagogique, le Dr Gattegno a créé des matériels destinés à l’enseignement des langues étrangères, de la lecture et de l’écriture, de la grammaire, des mathématiques, de la géométrie. Ces techniques du Silent Way et les matériels afférents font faire des économies de temps et d’énergie considérables aux élèves et rendent sa disponibilité au professeur pour suivre ses élèves.

Pour se convaincre de l’efficacité du Silent Way, il suffit d’assister à une classe de langue étrangère dans laquelle l’enseignant ne parle pas la ou les langues des enseignés. Il pourrait toujours parler, de toutes façons, il ne serait pas compris ! Ce qui frappe, c’est la rapidité avec laquelle les élèves entrent dans une langue inconnue, sans accent et avec un plaisir évident, et la rapidité d’acquisition des mécanismes de la lecture et de l’écriture. Ou encore dans une classe de mathématiques avec les réglettes Cuisenaire, où les « nuls en maths » pleurent d’émotion parce qu’enfin ils ont compris quelque chose et que ce n’est pas si difficile que ça !

LA LECTURE EN COULEURS permet à des personnes ne maîtrisant pas les savoirs de base d’apprendre à lire et à écrire de manière efficace en partant des richesses de chaque individu et en réactivant les capacités d’apprentissage que chacun de nous a utilisées pour l’apprentissage de notre langue maternelle, de la marche et de tous les apprentissages que nous avons réussis dans les premières années de notre vie. Le Dr Gattegno dit que toute personne ayant appris à parler sa langue maternelle est capable d’apprendre à lire et à écrire.

Nous pouvons reprendre cette affirmation et nous pensons que, du fait que les sénégalaises et les sénégalais parlent souvent plusieurs langues, cela paraît encore plus évident.

CE PROJET COMPORTE DEUX VOLETS :

Premier Volet :
Création du matériel pédagogique du Wolof à partir du matériel de la lecture en couleurs du français.
Travail sur la langue en collaboration avec des linguistes sénégalais :

– Création des tableaux : tableau de couleurs sur lequel seront regroupés tous les sons de la langue. Les sons de la langue wolof qui sont identiques à ceux du français auront la même couleur, pour les autres, nous créerons ensemble de nouvelles couleurs.
– Tableaux de mots : le nombre de tableaux créés dépendra des structures, des spécificités et des difficultés de la langue Wolof.
– Tableaux d’orthographe : le nombre de tableaux dépendra des difficultés orthographiques de la langue wolof.
– Création du tableau de grammaire en fonction de la structure spécifique du Wolof.
– Edition provisoire du matériel créé.
– Expérimentation du matériel auprès d’un groupe de stagiaires pour tester son efficacité et sa pertinence. Si au cours de cette expérimentation il s’avérait qu’il faille changer tel ou tel élément, l’équipe pédagogique travaillerait sur ces changements.
– Création du prototype.
La création du matériel wolof nécessitera l’autorisation des ayants droit.

Deuxième volet :
Formation des formateurs
Par groupes de 15 personnes, des formations de formateurs seront proposées aux professeurs ou formateurs qui seront intéressés par l’alphabétisation de la population sénégalaise.
Les formations se feront en français et seront très facilement transférables au Wolof, pour ceux dont la langue maternelle serait le Wolof.
Ces formations se dérouleront en deux temps
Une formation d’un mois se fera dans un premier temps, suivie d’un complément de formation de deux semaines basé sur la pratique des formateurs sur le terrain.
Formation initiale (un mois) :
OBJECTIFS
A l’issue de cette formation, les formateurs seront capables :
– de gérer un groupe et de le mener à la réussite,
– d’acquérir l’exigence et la discipline nécessaires à la médiation des processus d’apprentissage de chacun,
– d’amener chacun à son autonomie et à la découverte de son potentiel d’apprentissage,
– de guider les apprenants, sans interférer sur leur apprentissage afin que ceux-ci deviennent chercheurs et maîtres de leurs découvertes,
– de les mener à l’autonomie.

PROJET PEDAGOGIQUE : Détails (calendrier, références des formateurs, budget, coûts financiers) seront disponibles pour nos membres.